Logo SupdeCo - Groupe Ecole Supérieure de Commerce de Dakar

Groupe Ecole Supérieure de Commerce de Dakar

Nous travaillons pour l’Afrique !

Meilleures écoles de commerce au Sénégal : AFAQ ISO 9001, centre d'excellence UEMOA, CAMES, EFMD
Accueil > FR > Actualités > #publication Erik Fall - Les gestionnaires des organisations publiques en réaction à (...)

#publication Erik Fall - Les gestionnaires des organisations publiques en réaction à la COVID-19

ACTUALITÉS | Comme l’a si bien mentionné le philosophe Héraclite : « rien n’est permanent, sauf le changement ». Le contexte interne et externe des organisations publiques n’échappe pas aux multiples soubresauts des changements qui découlent de la pandémie. La transformation numérique, le télétravail, etc. représentent quelques-uns des changements. S’adapter ou résister à ce nouveau contexte dépend de la capacité du gestionnaire à instaurer un climat d’apprentissage, d’adaptation aux changements et de collaboration au sein de son équipe.

Nul doute qu’il faut s’attendre à des changements marqués dans de nombreuses sphères de nos vies. Pour certaines organisations, la pandémie sera le déclencheur ou l’accélérateur de la transformation numérique. Pour d’autres, elle touchera directement la culture organisationnelle afin de générer une valeur accrue et des expériences améliorées auprès des clients, des employés et des partenaires d’affaires. Pour survivre aux effets bouleversants de la pandémie, les gestionnaires publics peuvent compter sur deux principaux leviers : l’innovation et la gestion du changement (1) .

D’une part, l’innovation dans les administrations publiques est un processus de transformation des règles et des normes qui orientent l’action et les activités des acteurs. La connaissance croît quand elle est partagée (2). Copartager la connaissance engendre des équipes apprenantes enclines à s’adapter au changement. La compétence collective s’apparente à une « murale vivante virtuelle » (3). Ainsi, les gestionnaires stratégiques seront ceux qui misent sur la complémentarité des compétences individuelles, la définition et le partage d’objectifs clairs et précis à atteindre.

D’autre part, les dirigeants ont clairement un rôle de leadership à jouer, car la transformation sera à la hauteur du leader qui l’insuffle. Le leadership du gestionnaire s’évaluera en fonction de ses capacités à s’approprier des changements générés par la pandémie. Plusieurs capacités sont requises de la part du gestionnaire en contexte de changement, notamment un fort leadership de transformation, une culture du changement, une structure appropriée de gouvernance et de performance. Ainsi, la transformation numérique sera certes un levier décisif, mais elle devra entre autres s’aligner avec les objectifs, la mission et les valeurs organisationnelles (4).

En somme, concevoir un nouveau plan stratégique adapté aux effets de la crise demande une communication proactive susceptible de créer de vastes réseaux de discussions sur les actions à entreprendre et les problèmes à régler. Le succès du plan dépendra de la collaboration de toutes les parties prenantes. Parce qu’au-delà des compétences techniques, il y aura également une forte demande pour des compétences dites « soft », notamment la capacité d’œuvrer dans une équipe multidisciplinaire, la collaboration, la communication, l’empathie, le leadership, etc (5).

Bref, pandémie ou non, les organismes publics sont en constant changement en lien avec leur environnement interne ou externe (6). Le gestionnaire public joue un rôle primordial dans l’application de la stratégie globale de l’organisation et dans les diverses actions qu’il peut implanter au sein de son équipe, soit par la création de dialogues collectifs ou par l’instauration d’une culture d’apprentissage organisationnelle.

Source de l’article : http://journalleverdict.com/gestionnaires-organisations-publiques-reaction-covid

lire meme rubrique

plus lien »



Inscription école de commerce